• Aucun programme en cours de diffusion actuellement :(

» Tout le programme
Bienvenue sur Fureur.

EC - Nouvelle du front : X Marks da Spot - Par Graham McNeill - Partie 2

EC - Nouvelle du front : X Marks da Spot - Par Graham McNeill - Partie 2

Publié par wylhem le 15/04/2015 à 09:05

L'assaut des Orks sur le vaisseau humain s'annonce brutal, les Space Marines entrent dans la danse, et il se pourrait bien qu'ils sous estiment encore une fois l'ingéniosité des Orks. Je vous laisse découvrir tout ça. N'oubliez juste jamais, que les Kommando Orks ont souvent des objectifs que personne ne peut appréhender..

Suite et fin de la nouvelle pleine de bruit et de fureur : EC - Nouvelle du front : X Marks da Spot - Par Graham McNeill - partie 1

 

 

Cover nouvelle Eternal Crusade X Marks da Spot - Par Graham McNeill

 

 

...

 

Godric Widdowsyn chantait tout en abattant les assaillants orks. Une entraînante chanson à boire que Main Terrible lui apprit dans un de ses rares réveils dans les halls enténébrés sous le Croc. Il planta le croissant de sa hache dans les entrailles d'un peau-verte beuglant.

 

Il la dégagea et l'ork se plia en deux, la lame ayant taillé profondément jusqu'à sa colonne vertébrale. Godric grimaça à la vue du sang collant sur la lame. Fabriquée dans la glace de Fenris sous le regard néfaste de la plus formidable tempête à ravager le Croc depuis des siècles, c'était une épée de glace de toute beauté.

 

« Une arme trop raffinée pour du sang de peau-verte ! » rugit-il.

« Aucune arme n'est trop raffinée pour souper du banquet sanglant, » répondit Aelfan Slayfell alors qu'il repoussait de l'épaule une brute peau-verte et rangeait son épée tempête.

 

Les deux Space Wolves reculèrent et tirèrent avec leur pistolet bolter dans le corridor. Une demi-douzaine de corps d'orks explosèrent sous l’intense fusillade. Un plus grand nombre encore entra par le trou dans la cloison et l'abattage recommença.

 

« Vous pensez que nous devrions rejoindre Istobal ? » demanda Godric.

« Quand il y a des morts à faire ici ? » rugit Aelfan, envoyant son casque dans la tête d'un peau-verte. Ses griffes frappèrent et du sang éclaboussa sa visière. « Les Wolfblades sont liés à la Maison Bélisarius, et quoi de mieux que de garder la jolie petite peau d'Istobal attachée à ses os que de tuer les peaux-vertes avant qu'ils ne le trouvent ? »

« Effectivement, » acquiesça Godric, abattant sa hache sur un ork et le décapitant net. « D'autre part, Bacauda ne le laisse jamais seul. »

« Ouaip, il est assez utile lui. »

« Pour un mortel, » dit Godric.

« Pour un mortel, » approuva Aelfan.

 

 

*

 

 

Bacauda tira à travers l'orbite d'un ork, le cœur d'un autre. Un troisième mourut d'un coup de couteau en travers de la gorge. Il reçu encore trois autres coups de couteau pendant qu'il mourait. Il lança une grenade et se protégea derrière une colonne saillante, gardant son corps devant Istobal Belisarius.

 

L'explosion emplit la descente de shrapnel et élimina encore deux autres orks. Alors même que l'écho faiblissait, Bacauda jaillit à la recherche d'autre cibles. Un ork était toujours vivant et il envoya une balle de gros calibre à travers une blessure dans son crâne.

 

« Allez » dit-il, tout en tirant Istobal derrière lui.

« Vous les avez tous tués », dit son protégé. « Si vite. »

« C'est ce pour quoi vous me payez. »

 

Il descendit l'escalier, son arme pointée de gauche à droite. Prêt à faire face à toute menace. Les bruits de combat provenaient de toutes parts. Certain de trouver encore plus de peaux-vertes droit devant. Ils franchirent des croisements et passèrent les vestiges de combats furieux lors desquels les corps des orks avaient étaient si violemment démembrés qu'on aurait cru qu'ils étaient passés à travers une déchiqueteuse.

 

 

*

 

 

Les corps humains s'amoncelaient au sol et Bacauda entendit Istobal pleurnicher de peur à la vue de leurs restes saccagés. Les orks ne tuaient pas de façon propre ou chirurgicale, leurs armes sont faites pour faire le plus de dégâts possibles.

 

Les communicateurs vox situaient les orks sur le flanc tribord, mais ils avaient progressé en ouvrant un grand nombre de passages transversaux. Les soldats étaient repoussés dans les quartiers de l'équipage. Trois ponts supérieurs, là où les peaux-vertes s'étaient introduits en premier, étaient déjà tombés. Peu de temps avant que le combat ne se termine et que le massacre commence.

 

Et tout ça pour un vieux bout de papier.

 

Le ridicule de la situation n'échappait pas à Bacauda, mais ridicule ou pas, il avait une dette de sang envers les Belisarius. C'était un lien sacré et il serait damné s'il venait à manquer à sa parole, même si Istobal était un enfant gâté dépourvu de volonté.

 

Ils continuèrent à avancer et Bacauda pointa son pistolet vers une large forme qui sortait de la fumée, dans l'ombre derrière lui. Il ne put tirer qu'une fois avant que son bras ne soit rabattu sur le côté.

 

« Hé là ! Fais attention où tu pointes ce truc, » dit une voix rauque, avec un fort accent qui ne pouvait appartenir qu'à un Fils de Fenris. « Tu as fait sauter la peinture de mon armure. »

« Certains manquent de discipline de tir ici, » dit Aelfan Slayfell, en passant près de lui pour se placer derrière Istobal.

« Les mortels, » dit Godric Widdosyn. « A quoi vous attendez-vous ? »

« Au nom de l'Empereur, où étiez-vous tous les deux ? » demanda Istobal. «  Les Wolfblades ont juré de protéger les héritiers de la maison Belisarius ! »

 

Les deux Space Marines rirent, ce bruit était comme incongru dans ce lieu de mort.

 

« Où pensez-vous qu'on était ? » ricana Widdowsyn.

« Vous pensez que vous auriez été aussi loin si nous n'avions pas libéré le passage pour vous ?» ajouta Slayfell ?

 

 

*

 

 

Le Kaptain Reddgun fit tournoyer son marteau et une poignée d'humains fut écrabouillée dans une douche rouge. Il grogna de plaisir et marcha d'un pas lourd vers la ruine qui restait. Il était ennuyé que ces humains ne lui donnent pas un meilleur combat, mais son instinct lui disait qu'il y avait des prises de valeur détenues ici.

 

Ses boyz étaient pris d'une rage sanguinaire dans les couloirs étroits du navire, leurs hurlements et leurs beuglements lui disaient qu'ils étaient en train de faire un bon massacre. Un kaptain devait s'assurer que ses boyz avaient un approvisionnement constant en ennemis à combattre. Plus il y a de combats, plus les boyz sont forts. Pas assez de combats signifie qu'ils peuvent se retourner contre vous.

 

C'était l'erreur qui l'avait fait tuer la première fois, se reposer après un gros combat au lieu de se mettre en recherche du prochain. Il ne referait pas la même erreur.

 

Il s'arrêta et senti quelque chose qui n'avait pas sa place ici.

 

Même au milieu du sang et des entrailles répandues, c'était évident.

 

« Kess' c'est, Boss ? » dit un des boyz, alors que du sang dégoulinait de ses défenses et formait des croûtes sur ses lames.

« J'sens l'gros gibier » grogna-t-il.

 

 

*

 

 

Les deux Wolfblades ouvraient la voie, parlant dans une langue gutturale qui ne sonnait pas mieux que les beuglements rauques des orks qu'entendait Istobal. Il était à bout de souffle, loin d'être habitué à ce genre d'exercice physique, et le coffre dans ses bras pesait lourd.

 

« Est-ce que c'est encore loin ? » dit-il d'une vois sifflante.

« Encore deux ponts » dit Bacuda.

« Je ne peux pas aller aussi loin » dit Istobal, qui s'arrêta et se reposa contre la cloison. Elle était chaude au toucher.

« Vous n'avez pas le choix, monsieur »

Istobal tendit le coffre. « Portez ça pour moi. »

« Je ne peux pas me battre en le tenant .»

« Et je ne peux pas marcher avec ça qui me ralentit ! »

« Quoi encore, », dit Godric Widdowsyn. « Qu'est-ce qui se passe ici ? On ne s'arrête pas, on continue d'avancer. »

« Les Orks sont à nos trousses », dit Slayfell . « On les tuerait volontiers mais nous avons prêté serment de vous garder en vie. »

« Comme c'est embêtant pour vous », dit Istobal d'un ton cassant.

« Exact », acquiesça Widdowysn.

Slayfell pivota et tira son épée. « Peaux-vertes. »

« Où ? », dit Bacuda.

« Partout », dit Widdowsyn.

 

La cloison derrière le Space Wolf se déchira violemment, laissant apparaître une grande scie circulaire. Widdowsyn avait à peine commencé à se tourner qu'une énorme épée dentée le cloua sur place, le traversant de part en part. Des quantités astronomiques de sang éclaboussèrent le corridor, alors que son corps s'effondrait.

Istobal hurla au moment où il fut trempé de sang. Il lâcha le coffre, nettoyant frénétiquement la substance poisseuse qui le couvrit de la tête aux pieds. Il vit ce qui arriva à travers un brouillard de sang collant.

 

Une masse de métal et de rouille cliquetante se frayait un chemin dans le corridor. D'une corpulence massive, ses bras mécaniques attrapèrent Slayfell et arrachèrent son armure de ses énormes griffes.

 

Le Wolfblade lança son épée à travers les tuyaux d'alimentation sifflants et le Dread Eud'la Mort le lâcha. Ses flingues déversèrent une pluie de balles sur son armure, des traînées de balles explosives emplirent le corridor suivies de nuages noirs comme le charbon.

 

Les peaux-vertes forçaient le passage dans le corridor derrière le Dread Eud'la Mort et Bacauda les cueillait un par un. Leur hurlement sanguinaire était d'une férocité primale et ils n'avaient que faire de ceux en train de mourir. Au contraire, cela avait justement l'air de les plonger dans une soif de sang encore plus grande.

 

Slayfell lança son épée à travers les pistons crachotant au niveau du genou du Dread Eud'la Mort, la machine chancela et bascula sur son flanc, en faisant gicler des jets d'huile puante. Il sauta par-dessus et Istobal vit une paire de grenades coincées sous une plaque de blindage de son armure rouillée. Bacauda se tourna et se lança sur Istobal, le jetant contre le pont alors que les grenades explosaient.

 

Le son était assourdissant, et Istobal hurla alors que quelque chose d'aiguisé se logeait dans sa jambe. Le poids de Bacauda le plaquait contre le pont.

 

« Laissez-moi, bordel ! » hurla-t-il, mais le Protecteur ne bougea pas. Il s'extirpa d'en-dessous de lui et il compris alors pourquoi.

 

En sauvant la vie d'Istobal, Bacauda avait sacrifié la sienne. Le dos de l'homme était un amas sanguinolent de chairs brulées et déchirées. Des éclats de métal coupant ressortaient de son corps comme des épines grotesques et l'éclat blanchâtre des os était clairement visible à travers la masse ravagée de ses chairs déchirées.

 

Istobal sanglota et repoussa le corps de Bacauda. Il se remis sur ses genoux et fuit, seulement pour apercevoir une horde de peaux-vertes hurlante venant droit vers lui.

 

A leur tête se trouvait une silhouette balourde, barbare, qui avait l'apparence d'un animal de cirque habillé de loques pour l'amusement des curieux. La cacophonie de couleurs de l'ensemble et le long manteau de pluie auraient été ridicules s'ils n'étaient pas recouverts de sang, le tout couplé avec un marteau de guerre recouvert de restes ensanglantés. Le visage du monstre était un masque de métal et il portait un tricorne hors d'âge vissé sur ses traits bestiaux.

 

« C'ui-là a l'air important », dit la créature, et l'horreur qu'éprouva Istobal fut cent fois pire à l'idée insupportable que le monstre puisse posséder ne serait-ce qu'une intelligence rudimentaire. « J'pense qu'on le gard'ra comme animal de kompagnie. »

 

Istobal tomba à genoux et ferma les yeux.

 

« Au nom de l'Empereur Tout Puissant, protège moi des- »

 

Un poing lourd s'abattit sur le côté de sa tête et la prière s'acheva avant d'avoir vraiment commencé.

 

 

*

 

Reddgun laissa échapper un soupir de frustration alors qu'il allait et venait d'un pas lourd dans le corridor.

 

« J'étais absolument sûr k'j'en avais senti... » il fit une pause et leva sa main, plissant ses sourcils alors qu'il fixait ses doigts, « ...deux. »

« J'sais pas, kaptain, » dit Skrag, « J'vois seulement un seul de ces grands z'homs. Faut dire, il est en deux parties si ça peut aider... »

Reddgun claqua Skrag sur le côté de la tête.

« Fais pas l'malin, Skrag, ça t'va pas. »

« Désolé, boss. »

 

Reddgun avait déjà retiré le croc du z'hom mort avec les peaux d'animaux et l'armure lourde. L'avorton maigrichon était déjà enchaîné, pleurnichant et mouillé avec sa propre souillure. Il fera un jouet distrayant pour un temps, jusqu'à ce que Reddgun soit lassé de lui et ne le refile à Skrag.

 

Le vaisseau était maintenant à lui, et on entendrait bientôt parmi les bandes de Skrullboy que les cales débordaient d'or, de statues précieuses et de butin. Ça ferait un vaisseau de choix à revendre au marché noir.

 

« Une belle prise, kaptain, » dit Skrag, lisant son expression.

« Ouais, » acquiesça Reddgun, grattant son visage avec le bout du crochet de sa main. « Des tas d'butin à répartir. »

« Peut-être trop, » se risqua à dire Skrag.

« Kess'tu veux dire ? »

« On n'a pas assez d'place pour tout ça sur le Revenge, » dit Skrag. « Nous sommes d'jà très plein avec l'matos de récup et l'butin. »

« On n'laisse pas ça, » l'avertit Reddgun.

« Non, bien sûr k'non ! », couina Skrag. « Kesske j'veux dire, c'est k'on pourrait, vous savez, l'terrer, kek'part. »

« L'enterrer ? »

« Oui, planker le à l'abri et r'venez l'chercher plus tard. »

 

Reddgun hocha la tête. C'était pas bête, mais c'était l'idée de Skrag, donc il devait prétendre que c'était la sienne. Ça n'avait aucun sens de laisser le petit gretchin avoir des idées de grandeur.

 

« Oui, on va l'terrer, » annonça-t-il. « On va l'emm'ner sur la planète d'où ces z'homs viennent et l'enterrer là. Puis on r'viendra plus tard et on le déterr'ra quand on aura la place. »

 

« Bonne idée, boss, », dit Skrag.

« Comment on va se rappeler où k'on l'a mis ? » dit Reddgun.

 

Skrag y réfléchit un moment avant que ses petits yeux futés ne s'allument et il courut au fond du corridor jusqu'à une boîte brillante qui s'était ouverte en se brisant. Son contenu s'était éparpillé sur le pont couvert de sang.

 

« Voilà, » dit Skrag, en lui tendant un morceau de parchemin ancien avec plein d'écritures humaines dessus, et un gros X en haut. « On peut faire une carte. Le X, y marque l'endroit, d'akkord ? »

 

 

Un parfait exemple de stratégie ork ! Toute "la finesse et le génie militaire" de cette race retranscrits ici. En espérant que cette histoire vous a plus, nous vous donnons rendez-vous bientôt pour une nouvelle aventure prélude aux combats pour Akhona.

Poster un commentaire

0 commentaires

  • Aucun commentaire pour le moment. Soyez le premier à réagir !

Poster un commentaire

Connectez vous pour ajouter un commentaire.

Recherche FUREUR

WebTV 1

Bloc_VG

Le portail The Eternal Crusade

Le Portail Eternal Crusade

Retrouvez toute l’information de Warhammer 40.000 - Eternal Crusade sur Fureur avec un portail dédié à l’actualité du jeu. Tout ce qui touche de près ou de loin à votre jeu préféré est présent sur le portail Fureur W40K - EC. Les news officielles sont retranscrites, des analyses et des articles sont proposés par les rédacteurs et les membres et traitent des changements sur Eternal Crusade avec les modifications d’objet, des discussions sur les classes et l'optimisation, les mises à jour, etc… Des guides sont également présents, rédigés par nos rédacteurs et nos membres afin de vous aider à évoluer dans le jeu. Du contenu exclusif et made in Fureur alimente aussi notre portail rédactionnel Eternal Crusade.