• Aucun programme en cours de diffusion actuellement :(

» Tout le programme
Bienvenue sur Fureur.

EC - Nouvelle du front : Space Marines, Descent on Arkhona - Par Graham McNeill

EC - Nouvelle du front : Space Marines, Descent on Arkhona - Par Graham McNeill

Publié par Advenas le 17/03/2015 à 07:48

Les tyranides attaquent Arkhona, et les Space Marines sont bien décidés à ne pas les laisser faire, voire mieux, à les exterminer...

Et nous revoilà pour la dernière (pour l'instant) des nouvelles proposées par Graham McNeill pour le MMOTPS à venir dans l'univers de Warhammer 40K, Eternal Crusade ! Alors que les deux précédentes nouvelles se concentraient sur les prémices du chaos sur Arkhona, celle-ci rentre dans le vif (et c'est le cas de le dire) du sujet, proposant une bataille entre nos fiers Space Marines et les grouillants tyranides.

 

Nous espérons que vous apprécierez cette confrontation sanglante. Bonne lecture, Furieux Astartes...

 

EC - Eternal Crusade - Nouvelle du front  Space Marines - Descent on Arkhona - Par Graham McNeill

 

Space Marines, Descent on Arkhona, "Space Marines, Descente sur Arkhona"

Une nouvelle d'Eternal Crusade par Graham McNeill

 

 

Ils tombaient telles des larmes flamboyantes à travers le ciel d’Arkhona. Cinq d’entre eux dans une formation étalonnée, échelonnée. Trop réguliers pour être naturels, trop rapides pour tomber accidentellement. Ils avaient percé la troposphère dans un embrasement d’atmosphère criard, laissant derrière-eux des traces de feux de rentrée dans leur sillage.

 

Les créatures hideuses fourmillant dans l’avant-poste assiégé du pic de la montagne tournèrent leurs têtes bulbeuses, sans poils, vers le ciel. Des yeux sombres, brillants comme du grenat poli, reflétaient le ciel torturé et les traînées fougueuses.

 

Des décharges déchirantes d’armes à feu partant des tourelles de l’avant-poste dévastèrent la nuée, explosant des créatures de l’intérieur ou découpant des membres bizarrement articulés de leurs carapaces brillantes. Les corps des créatures à six-membres étaient segmentés et chitineux, humidifiés par du mucus sécrété et terriblement mortel. Elles sifflèrent et montrèrent les dents aux silhouettes approchantes, ne sachant pas ce qu’elles étaient, mais comprenant dans un instinct bien-installé qu’elles étaient hostiles.

 

Dans une synchronisation non-naturelle, l’essaim se sépara en deux. La moitié continua leur assaut sur l’avant-poste, grimpant les murs et l’entrée avec une faim monstrueuse. D’énormes guerriers se tinrent devant eux, équipés dans des armures de guerre cramoisies et bleu cobalt, vert jade et blanc hivernal. Leurs épaulières affichaient un ensemble d’icônes différentes, chacune d'un Chapitre de légende. Ils combattaient avec des épées à chaîne rugissantes et d’épaisses armes à feu qui répandaient une mort explosive.

 

Le reste de l’essaim se dispersa, manœuvrant avec une précision troublante pour rencontrer la menace approchante, avec des crocs ruisselants et des griffes telles des faucilles.

 

La première des larmes farouches traversa les nuages bas avec un cri perçant de l’air. Le feu de rentrée obscurcissait ses flancs, mais une armure bleu cobalt avec un Ultima nacré était visible à travers les flammes.

 

Au dernier moment avant l’impact, des lance-roquettes hurlants tirèrent du dessous. Une éruption rouge cerise de feu-chimique vitrifia la roche alors qu’il s’écrasa comme un coup de marteau des dieux. Les bêtes se dispersèrent sous la force de l’impact.

 

Un deuxième pod ardent frappa le côté de la montagne comme un coup de tonnerre métallique rencontrant la pierre. Le son était tel un transporteur s’écrasant à toute vitesse sur une falaise. Un troisième atterrit. Un quatrième, et puis les autres. Chacun frappa la montagne comme des lances de lumière ardentes envoyées des cieux.

 

Aucun dieu en colère ne les avaient lancées.

 

Mais elles contenaient bien des anges.

 

*

 

Des verrous pneumatiques s’enclenchent dans un crachement explosif et métallique. Les côtés du pod tombent. De l’air nocif se répand, chaud et sec, transportant la puanteur du sang d’alien.

 

Le grav-harnais du Sergent Frère Castor se resserre et il s’avance, dégainant son pistolet et son épée dans une économie parfaite de mouvements. Un seul pas d’élan et il saute à travers la vapeur chaude causée par l’atterrissage du pod.

 

Il retombe durement, la roche sous ses pieds vitrifiée par le feu des propulseurs du pod. De la buée, dense et pleine de particules sort des plaques de son armure bleu cobalt. Une cible se présente ; une bête bondissante avec des pattes arrières pleines de nerfs, quatre pattes avant telles des lames et une mâchoire remplie d’aiguillons tranchants.

 

Hormagaunt. Gauntii gladius. Rapide, agile. Créé pour le combat.

 

Castor envoie une balle à travers sa mâchoire. L’arrière de son crâne allongé explose en un tas d’ichor noir. Il s’avance, l’épaule basse, pour affronter une autre créature. Son épée tranche dans un arc remontant. Les dents rugissantes de son épée tronçonneuse découpent la bête d’un bout à l’autre.

 

Les neufs guerriers de son équipe se séparent, déjà en train de tirer et se déplaçant pour rejoindre le reste de la compagnie. Les tyranides meurent en nombre à chaque rafale, les bio-armures de leurs corps segmentés n’étant d’aucun secours contre la furie explosive d’une balle à réaction de masse.

 

Peu importe combien ils en tuaient, il y en avait toujours plus.

 

Des centaines d’aliens les encerclent. Ils sont largement en sous-nombre, mais de telles circonstances ne sont d’aucune importance. Ils sont des Adeptus Astartes, les Anges de la Mort de l’Empereur.

 

Ils sont des Space Marines, et ne connaissent pas la peur.

 

Frère Hellar prend position à la droite de Castor et lève son bolter lourd, une version largement agrandie de son arme de poing habituelle. Il appuie sur la gâchette et son baril s’évapore du bout du canon en une plume flamboyante.

 

Une douzaine de gaunts se vaporisent dans un blizzard de munitions à haute-vélocité. Des balles explosives les éviscèrent, les découpant de l’intérieur. Du sang d’alien se mélange à l’air alors qu’Hellar fait marcher son arme d’un côté à l’autre de son secteur.

 

« De la chair à canon pour nos fusils, » dit-il.

 

« Le choc inattendu de notre arrivée nous a donnés l’avantage, » répond Castor, évitant le membre acéré d’un gaunt et faisant passer son épée à travers son cou. « Ils réagiront rapidement. »

 

« Il est vrai, » convient Hellar. « Un simple ennemi serait déjà en train de fuir à la vue de cinq pods de largage d’Ultramarines atterrissant au milieu d’eux. »

 

« Ce n’est pas le cas des tyranides, » dit Castor. « Les bêtes n’ont pas de volonté individuelle, n’ont pas la capacité d’avoir peur ou de paniquer. »

 

« Nous allons voir ça, » promit Hellar, matraquant la gâchette de son arme pour une nouvelle rafale.

 

Ces prédateurs extra-galactiques sont contrôlés par une terrible conscience d’essaim, une intelligence alien conjointe qui supplante ces instincts biologiques. C’est ce qu’avait appris Castor des briefings de mission et des informations engrangées par les Chasseurs de Tyranides du Chapelin Cassius.

 

Le savoir est une chose.

 

Le voir en action en est une autre.

 

Un vecteur apparait sur le viseur de Castor, une communication du commandant de l’avant-poste, Sergent Protus. Un chemin à l’intérieur. L’avant-poste est un relai de communication qui permet à la myriade de forces des Space Marines de rester en contact. Le perdre serait un coup terrible à la communication entre Chapitres.

 

Une équipe d’Ultramarines avait tenu l’avant-poste contre les tyranides pendant les six dernières heures.

 

Castor lève le regard et voit que l’intensité des tirs venant d’un bastion du coin augmente. Le mur y est partiellement détruit, déchiré par une large créature avec de lourdes plaques de chitine protégeant son crâne et ses épaules. C’est un bélier vivant avec des bras griffus, des masses telles des lames pelleteuses mécaniques. Il démolit le mur, déchirant et frappant sa voie vers l’intérieur.

 

Carnifex voracio. Briseur de lignes blindés. Assaut lourd.

 

Les tirs du bolter éraflent à peine sa carapace renforcée. Les fragments de grenade ne font que des rainures superficielles dans son armure. Il vomit un jet de bio-plasma écœurant, un feu vert émeraude qui brûle l’armure, l’acier et la chair de la même façon. Castor voit des guerriers tomber du mur, et son cœur se durcit.

 

« Hellar ! » crie-t-il. « Attire l’attention de cette chose ! »

 

Le bolter lourd se tourne et une rivière de balles frappe le corps gargantuesque de la créature. La plupart explose sans dégât contre son armure, mais d’autres détonnent dans des régions moins protégées de son corps.

 

La bête convulse, mais continue d’attaquer le mur, l’implacable volonté de son esprit d’essaim le forçant à ignorer la douleur.

 

« Sergent Eusebian ! Cannon laser ! » ordonne Castor.

 

Le tirailleur lourd du Sergent Eusebian endosse son lascannon et même avec les cries hurlant et grouillant de la ruche, Castor entend le tambourinement de ses capaciteurs.

 

Un laser brillant frappa le Carnifex et une portion de son flanc droit se vaporisa en une explosion torrentielle de chitine fondue et de chair brûlée. La bête monstrueuse titube, et tombe sur un genou, sa bio-structure interne hideusement dévoilée.

 

Et pourtant, elle ne meurt pas.

 

Elle ne peut ignorer la douleur cette fois, et le Carnifex se détache du mur avec un râle grinçant de souffrance et de furie.

 

« Vous avez son attention, sergent-frère, » dit Hellar.

 

« Escouade Castor, avec moi ! » crie-t-il, poussant dans les créatures grouillantes. « Escouade Furina, flanc gauche. Escouade Draken, le droit. »

 

Le pistolet et l’épée de Castor libère un chemin. Il piétine des corps d’alien à chaque pas. Le fait incroyable qu’il avance vers un Carnifex ne le décourage pas.

 

Chacune des escouades d’assaut pousse vers l’avant-poste derrière des rafales synchronisées de tirs de bolter. Les aliens voient qu’il est le guide de cette force, soit par son blason personnel, le sceau oblique en haut de son casque, ou par un savoir honteusement acquis.

 

Les gaunts en face de lui s’écrasent entre eux dans leurs sauts, bondissant férocement pour l’atteindre. Des balles de réaction de masse les déchirent. Les tueurs à lames se rapprochent. Alors qu’ils sont plus prêts, des salves de bolter venant de l’avant-poste enfilent les tyranides.

 

Le carnage est incroyable. Juste.

 

Du coin de l'oeil, Castor voit les guerriers de l’escouade Vaskro combattre une meute de larges bêtes, de hauts monstres à la crête haute avec des queues fouetteuses à lames, des griffes cupides et des crânes enflés, bordés d’os.

 

Tyranicus gladius. De formidables guerriers et chefs d’essaim.

 

Des guerriers tyranides. Ce sont les dirigeants de l’essaim. Les tuer et les porteurs sera coupé de l’esprit contrôleur, en faisant des proies faciles.

 

Le Sergent Vaskro porte un gantelet d’attaque crépitant et auréolé d’énergie à la main droite. Il peut déchirer un tank de bataille avec une telle arme. La bio-carapace d’un guerrier tyranide n’offrira aucune résistance à une telle force.

 

Mais Castor n’a pas le temps de s’intéresser au Sergent Vaskro.

 

Le Carnifex est sur lui.

 

Il le surplombe, un tueur borgne hurlant. Ses larges bras sont des lames faucheuses. De la vase caustique et des acides organiques virulents coulent de leurs bouts anormalement coupants.

 

Du bio-feu ondulant se forme dans son gosier.

 

Castor lui tire dessus, mais sa balle ricoche sur le crâne renforcé. Ses frères de bataille l’écorchent de tirs. Une paire de balles frappent sa gorge, et du fluide laiteux en éclate, comme un tuyau d’arrosage percé.

 

Le bio-plasma bout dans sa gorge, et Castor frappe de son épée dans les entrailles combles et gonflées de la créature. La lame touche sa cible, ses dents mordant la chair et les organes aliens. Il essaie de la ressortir, mais la succion de la chair du Carnifex la retient fermement.

 

Castor relâche l’épée et s’accroupit pour éviter un coup de faux qui l’aurait coupé en deux à la ceinture. Il roule alors que la jambe d’éléphant de la bête tente de l’écraser.

 

Il se lève et saute sur le dos du monstre, utilisant les blessures ancrées dans son corps comme attaches pour grimper. Le Carnifex remue et se tourne, tentant de le jeter de son dos.

 

La prise de Castor est ferme, et il fait monter son corps, décrochant une grenade antichar de sa ceinture. Une brise-amure. Les armes de la bête le griffent, frappant son corps et creusant de larges trous dans son armure. S’il survit au combat, les artificiers auront quelques mots à lui dire sur l’état de son armure de combat.

 

Avec une main calée dans la chair du Carnifex, Castor se balance à l’avant de la bête. Ses bottes frappent contre son torse et il est face à face avec le monstre. Même maintenant, ses yeux sont morts, juste des orbes vides qui ne recèlent qu’un vide hideux et un esclavage synaptique.

 

Ses mâchoires articulées pleines de crocs sont ouvertes, comme celles d’un requin et d’un crocodile en même temps, nervurées et remplies de dents crantés et déchirantes. Du fluide brûlant vert et blanc ondule dans son gosier et Castor étend son bras alors qu’il plonge son poing dans la masse remuante.

 

Il rugit alors qu’il sent le bio-plasma rogner dans son armure.

 

Castor relâche sa prise sur la grenade et pousse avec ses cuisses, se repoussant du Carnifex rugissant. Il touche durement le sol, roulant au milieu d’une meute de gaunts.

 

Leurs griffes le mettent en pièces jusqu’à ce qu’il entende une détonation étouffée et un roulement grave de quelque chose de gros et d’organique  se déchirant de l’intérieur. Castor roule sur ses pieds alors que le Carnifex tombe sur ses genoux, avec son torse et thorax montrant un trou de côtes éclatées et de chair humide.

 

Il s’écrase, une quantité apocalyptique d’ichor d’alien se répandant sur les rochers. L’escouade Castor se rassemble autour de lui, les bolters levés pour garder leur sergent des gaunts.

 

Mais Castor voit qu’il n’y a pas d’utilité.

 

Les gaunts n’attaquent pas. Ils errent dans la confusion, hurlant dans un étrange mélange de peur et d’indécision. Castor regarde sur sa droite et voit le Sergent Vaskro se tenant au milieu des corps pulvérisés des guerriers tyranides. Il tient un de leurs crânes dans son énorme gantelet d’énergie.

 

« Tuez-les tous, » ordonne Castor. « Avant qu’une autre bête ne prenne leur contrôle. »

 

L’abattage est meurtrier. Chacune des meutes isolées de gaunts est acculée et exécutée alors que leurs petits cerveaux d’animaux cherchent une connexion neurale qui n’est pas là.

 

Dépourvues de leurs créatures d’essaim, les bêtes inférieures ne sont plus du tout aussi dangereuses. Elles sont toujours une menace, mais vulnérables.

 

Tout se finit en un instant, le dernier des gaunts sans commandement est abattu. Les escouades d’Ultramarines se regroupent,  se reformant pour évaluer leurs pertes et taux d’attrition. Au premier regard, il semble que douze guerriers sont tombés.

 

Il est trop tôt pour dire qui vivra pour combattre encore ou non. Ce sera la décision des Apothicaires et la volonté de l’Empereur.

 

Castor se penche pour récupérer son épée des restes du corps du Carnifex. La lame est encrassée d’une substance noire collante et de fragments d’os. Il la nettoiera quand ils retourneront à Arkhona Ultima.

 

Les portes de l’avant-poste s’ouvrent, et quatre Space Marines ensanglantés en sortent. A leur tête se trouve un autre sergent, sa propre épée salie de chair d’alien et de la sienne. Le sergent Protus des Ultramarines. Un fier guerrier, peut-être trop fier. Etait-ce elle, qui l’avait piégé ici ?

 

Derrière Castor en viennent trois autres. Le premier est un guerrier tenant une hache dans l’armure couleur tempête des Space Wolves. Le second est habillé du cramoisi des Blood Angels, sa contenance pâle striée de sang d’alien. Vient en dernier un Dark Angel, les teintes de son armure verte presque noires.

 

« A moi, » dit Castor, et son escouade le suit alors qu’il marche vers le sergent Protus.

 

Ils rencontrent les Ultramarines, tels des frères d’armes. Poignet contre poignet, dans un éclat de plaque. Les symboles du Chapitres sur leurs épaulières, des Ultimas blancs ivoire, recouverts de sang mais continuant de briller fièrement sous le ciel étrange de ce monde.

 

« Joli, Sergent Protus, » dit Castor, envoyant son regard sur les guerriers derrière son confrère Ultramarine. « Une compagnie intéressante, que vous possédez-là. »

 

« Les temps sont mouvementés, Sergent Castor, » dit Protus. « Bienvenue sur Arkhona. »
 

 

 

Et c'est fini ! Nous espérons que vous aurez apprécié cette nouvelle pour le moins sanglante. Pour l'instant, nous ne pouvons malheureusement pas vous donner rendez-vous pour une prochaine fois, tout simplement car il n'y a plus d'autre nouvelle pour l'instant !

Mais qu'importe, car nous nous reverrons tous, bientôt, sur le champ de bataille d'Arkhona !

 

 

(Source - Traduit par Fureur)

Poster un commentaire

Poster un commentaire

Connectez vous pour ajouter un commentaire.

6 commentaires

  • Cervantes a laissé un commentaire le 17/03/2015 à 16:58
    Histoire courte sympa (Graham McNeil oblige), mais traduction très inégale, faite par quelqu'un qui connaît mal l'univers : "Epée à chaîne" ?

    +1 pour l'effort cependant, certains passages sont très convaincants niveau traduction.
  • Thana a laissé un commentaire le 17/03/2015 à 18:32
    Critiquer c'est bien, s'engager c'est mieux
  • Advenas a laissé un commentaire le 17/03/2015 à 18:46
    Alors, non, on ne peut pas dire que je connaisse mal l'univers. Je le connais même très bien. Mais je ne le connais qu'en anglais, donc il peut, en effet, y avoir certaines coquilles dans certains termes propres à l'univers passés en français.
  • Strykhe a laissé un commentaire le 17/03/2015 à 19:44
    Citation Envoyé par Cervantes Voir le message
    Histoire courte sympa (Graham McNeil oblige), mais traduction très inégale, faite par quelqu'un qui connaît mal l'univers : "Epée à chaîne" ?

    +1 pour l'effort cependant, certains passages sont très convaincants niveau traduction.
    Vu qu'elle ressemble étrangement à la nouvelle d'Uriel Ventris sur Tarsis Ultra, je pense que de toute façon, l'objectif visé par Graham McNeil avec ces nouvelles et de faire découvrir l'univers un peu plus en profondeur au néophyte.
  • Takeo Kikuta a laissé un commentaire le 17/03/2015 à 20:28
    Advenas, tu sais déjà ce que j'en pense... A quand la suite ?
  • MooG Waii a laissé un commentaire le 18/03/2015 à 18:38
    Citation Envoyé par Advenas Voir le message
    Alors, non, on ne peut pas dire que je connaisse mal l'univers. Je le connais même très bien. Mais je ne le connais qu'en anglais, donc il peut, en effet, y avoir certaines coquilles dans certains termes propres à l'univers passés en français.
    Oué enfin épée tronçonneuse...que tu préfère fr ou en, c'est la base de l'univers quand tu est de la langue de molière xD

    Sinon Merci ! très agréable à lire: je suis fan de McNeil, j'apprécie donc d'autant plus surtout que je suis un anglophobe

Poster un commentaire

Connectez vous pour ajouter un commentaire.

Recherche FUREUR

WebTV 1

Bloc_VG

Le portail The Eternal Crusade

Le Portail Eternal Crusade

Retrouvez toute l’information de Warhammer 40.000 - Eternal Crusade sur Fureur avec un portail dédié à l’actualité du jeu. Tout ce qui touche de près ou de loin à votre jeu préféré est présent sur le portail Fureur W40K - EC. Les news officielles sont retranscrites, des analyses et des articles sont proposés par les rédacteurs et les membres et traitent des changements sur Eternal Crusade avec les modifications d’objet, des discussions sur les classes et l'optimisation, les mises à jour, etc… Des guides sont également présents, rédigés par nos rédacteurs et nos membres afin de vous aider à évoluer dans le jeu. Du contenu exclusif et made in Fureur alimente aussi notre portail rédactionnel Eternal Crusade.